Le syndrome d’Osgood-Schlatter

 In Physiothérapie

Le syndrome d’Osgood-Schlatter est un problème qui
affecte le genou.

Il s’observe assez souvent et typiquement chez les adolescents en poussée de croissance et qui pratiquent des sports comprenant beaucoup de sauts et de courses (soccer, basketball, athlétisme…).

Cette maladie est caractérisée par une douleur, parfois
vive, à l’attache du tendon rotulien sur l’apophyse tibiale. La
douleur augmentera lors d’activités intenses et même lors
d’activités quotidiennes (utiliser les escaliers, s’accroupir ou se
mettre à genoux…). L’apophyse tibiale sera souvent plus
volumineuse. Dans le tiers des cas, les deux genoux seront
atteints.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Faute_(sport)

L’étiologie de cette pathologie est encore mal comprise. Elle semble s’expliquer par une avulsion, due aux tractions répétées du tendon rotulien, de petites régions osseuses (ossicules) dans le centre d’ossification en développement chez l’adolescent. Un cal se forme, devient enflammé, et pourra même s’ossifier plus tard. En fait, dans 20% des cas une « excroissance osseuse » se manifestera au niveau de l’apophyse tibiale à l’âge adulte.

Le traitement de cette maladie débute d’abord par une diminution voire même l’arrêt de l’activité sportive incriminante pour quelques semaines. Une genouillère de protection sera recommandée pour les périodes moins aigües. Des activités sportives alternatives pourront être proposées, comme le vélo ou la natation. Des exercices de renforcement pour les cuisses et les stabilisateurs des hanches de même que des étirements du quadriceps ainsi que de la chaine postérieure seront souvent nécessaires. La chirurgie sera rarement envisagée avant la fin de la croissance, et parfois seulement si un ossicule demeure dans le tendon et est symptomatique à ce moment.

L’hiver et la sédentarité

Avec l’hiver que l’on vit et les embûches causées par les trottoirs glacés, il est facile pour nos ainés de rester encabanés et de devenir très inactifs physiquement. Malgré les contraintes météorologiques, il est toujours possible de s’activer. Il en va de la conservation de ses qualités physiques (muscles, mobilité articulaire, densité osseuse, agilité…) et mentales (l’exercice a des effets importants sur l’humeur et les facultés cognitives).

Même sans équipement, il y a plusieurs façons de bouger à la maison :

  • Faire le ménage
  • Monter et descendre des escaliers pendant plusieurs minutes
  • Se lever et s’assoir d’une chaise plusieurs fois (squat)
  • Faire des « push-up », soulever des objets de la maison (bidon d’eau, etc.)
  • Marcher, danser, sautiller sur place

Si l’occasion se présente, l’option de marcher dehors ou dans un centre commercial est excellente.

Il faut juste un petit zeste de motivation pour débuter!

Recent Posts