Douleur d’épaule : se suspendre?

 In Physiothérapie

Les problèmes d’épaule comprenant les affections
d e s t e n d o n s ( t e n d i n o p a t h i e s , d é c h i r u r e s ,
accrochages…) sont très fréquents et limitent souvent le
patient dans ses activités de travail et de sport,
occasionnant des coûts significatifs.
Le traitement habituel débutera par une limitation
d’activités, laquelle sera suivie d’une reprise graduelle
d’exercices pour remodeler ou réparer la blessure et
corriger les faiblesses musculaires. Parfois, la chirurgie
s’avérera nécessaire pour réparer une déchirure ou
modifier certains détails anatomiques.
Depuis quelques années, une forme d’exercice
s’ajoute à notre panoplie. Même s’il n’y a pas d’études
importantes pour valider le concept, ces exercices
semblent prometteurs pour diminuer la douleur et
redonner de la mobilité perdue.

Il s’agit tout simplement de se suspendre
passivement à une barre de traction, ou à l’aide
d’un bâton (voir photos).

La traction exercée sur l’humérus vers le haut ouvre un
certain espace articulaire pouvant aider à remodeler
l’acromion et la capsule. Le résultat, après un certain
temps, serait d’offrir plus d’espace aux tendons de la
coiffe des rotateurs lors des mouvements d’élévation du
bras. Il s’ensuit moins de frottement et d’accrochage sur
les zones blessées.
Radiographie lombaire et association
avec la douleur
Les radiographies prises dans le cadre de douleurs
lombaires communes montrent souvent plusieurs
informations qui ne sont pas toujours jugées pertinentes,
ni pour le diagnostic du problème dont se plaint le
patient, ni pour orienter précisément le traitement.
Pourtant, une analyse de métadonnées relativement
récente (Raastad J et al, 2015)1 concluait qu’il y avait
une association significative entre l’espace réduit
séparant les vertèbres et la douleur lombaire. De même,
une autre association significative a été relevée entre le
phénomène de spondylolisthésis et les douleurs
lombaires reliées au travail manuel.

Même si on ne peut changer ces aspects
radiologiques par des traitements, hormis par la chirurgie
(une fusion par exemple), cela ne veut pas dire que ces
cas ne peuvent être traités. Plusieurs outils (exercices,
mobilisations dont les tractions, modifications de tâches,
éducation…) sont à notre disposition pour contrôler ou
abolir les douleurs et retrouver une fonction optimale.
1Raastad J et al. «The association between lumbar spine
radiographic features and low back pain: a systemic review and
meta-analysis.» Séminaire. Arthritis Rhéaume. Avril 2015

Recent Posts