Cervicalgie – Douleur au cou

 In Physiothérapie

La colonne vertébrale comprend en sa partie haute sept vertèbres cervicales, qui sont successivement numérotées de C1 à C7. On parle de cervicalgie pour désigner une douleur au cou. Cette douleur pourrait être liée soit au rachis cervical ou aux muscles qui le soutiennent.

Elle peut se manifester de plusieurs manières, notamment par des raideurs musculaires, des inflammations, des douleurs à la nuque, desmaux de têteou une sensation de vertige.

La douleur cervicale est plus fréquente qu’on ne le pense, car elle affecte une partie fragile du corps appelée le rachis cervical. Chaque année, de 30 à 50% de la population serait concernée par un épisode de cervicalgie.

L’anxiété et le stress peuvent également entraîner le développement d’une cervicalgie, et ce par une mise en tension des muscles du cou.

Les causes les plus fréquentes sont:

  • La dysfonction cervicale. Elle provient d’un problème de mobilité et de stabilité dynamique de la colonne cervicale, parfois induit par une mauvaise posture. La dysfonction cervicale peut aussi être causée par l’arthrose.
  • L’entorse cervicale. Elle est provoquée par un mouvement brusque de la tête, souvent à la suite d’un traumatisme comme un accident de voiture ou une chute.
  • La radiculopathie. Elle résulte d’une compression sur la racine du nerf qui peut atteindre le bras et la main et provoquer une faiblesse des muscles, des engourdissements et picotements pour les structures innervées par ce même nerf.
  • Le torticolis. Il touche principalement les muscles du cou et consiste parfois en un blocage articulaire. Il cause de la douleur au cou et de la raideur en rotation cervicale principalement d’un seul côté.

Quelques conseils pour prévenir des cervicalgies
1- Maintenir une posture adéquate, particulièrement dans le cadre d’un travail de bureau.
2- Prendre des pauses régulièrement afin de diminuer les risques de développer des tensions musculaires.
3- Éviter l’état de stress et d’anxiété chronique.
4- Faire de l’activité physique, quotidiennement si possible.

Votre physiothérapeute réalisera une bonne évaluation des symptômes, ce qui est primordial afin de bien cibler votre problème et d’orienter le traitement en conséquence. Il saura vous guider, à l’aide de différentes techniques, dans le rétablissement de votre mobilité, dans la diminution des spasmes musculaires et de la douleur. De plus, il vous préparera un programme d’exercices et des conseils sur l’hygiène posturale.

Recent Posts